Photo: Marco Borggreve

Le violoncelliste Jean-Guihen Queyras aborde la musique comme il vit : avec curiosité, gourmandise, sans cesse émerveillé (…) Après 20 ans de complicité, il se dit toujours aussi « fasciné par la capacité d’Alexandre Tharaud d’être en accord total avec lui-même. Ce qui lui permet de faire des choses exceptionnelles. Dans la vie comme dans la musique, il n’essaie pas d’être autre chose que ce qu’il est ». (…)

Jean-Guihen Queyras a répondu aux questions de Catherine Favre pour l’édition d’Arcinfo du 10 avril. Extrait :

Quel est votre essentiel à l’intention des jeunes musiciens ?
« J’ai un immense respect pour les jeunes qui se lancent maintenant. La scène musicale est beaucoup plus dure qu’il y a 20 ou 30 ans et le public est plus volatil. Je les encourage d’abord à aller chercher leur propre amour de la musique, ce qu’ils aiment profondément dans telle ou telle oeuvre de façon à pouvoir proposer quelque chose de personnel. Je crois que c’est cela sinon le garant du moins le vecteur possible qui leur permettra de trouver leur place dans le milieu musical. Il faut que les gens se disent : « Ce musicien-là nous amène quelque chose de bien à lui, on a besoin de lui ou d’elle ».

Concert lundi 16 avril à 20h15 à la Salle de musique
Infos détaillées