EMMANUEL PAHUD flûte

EMMANUEL PAHUD flûte
  • 29 avril 2015 , 20 h 15
  • L’Heure bleue


ANDRÉ JOLIVET  1905-1974

Cinq Incantations pour flûte
1. Pour accueillir les négociateurs et que l’entrevue soit pacifique.

GEORG PHILIPP TELEMANN  1681-1767

12 Fantaisies pour flûte (n° 1, 2 et 3).

ANDRÉ JOLIVET

Cinq Incantations pour flûte
2. Pour que l’enfant qui va naître soit un fils.

GEORG PHILIPP TELEMANN

12 Fantaisies pour flûte (n° 4, 5 et 6).

ANDRÉ JOLIVET

Cinq Incantations pour flûte
3. Pour que la moisson soit riche  qui naîtra des sillons que le  laboureur trace.

GEORG PHILIPP TELEMANN

12 Fantaisies pour flûte (n° 7, 8 et 9)

ANDRÉ JOLIVET

Cinq Incantations pour flûte
4. Pour une communion sereine de l’être avec le monde.

GEORG PHILIPP TELEMANN

12 Fantaisies pour flûte  (n° 10, 11 et 12)

ANDRÉ JOLIVET

Cinq Incantations pour flûte
5. Aux funérailles du chef pour obtenir la protection de son âme

Les Incantations de Jolivet et les Fantaisies de Telemann – jouées ici en alternance selon une construction inventive – permettent une fascinante rencontre entre les 18ème et 20ème siècles, révélant de quelle façon deux maîtres venant de deux périodes et de deux environnements totalement différents traitent le même instrument.

Telemann était un grand ami de Bach. Il n’y eut aucune rivalité entre ces deux géants, même si, de son vivant, Telemann était bien plus apprécié et célèbre que le Cantor de Leipzig. L’oeuvre de Telemann est immense ; musiques instrumentales et vocales, sacrées et profanes s’y côtoient. Il aimait bien expérimenter toutes sortes de couleurs sonores.

Jolivet avait un horizon artistique extrêmement large; il était versé aussi bien dans les beaux-arts, la littérature et le théâtre que dans la musique, dans laquelle il recherchait surtout une dimension spirituelle, s’inspirant du rôle de cet art dans la culture de la Grèce antique. La plupart de ses œuvres se retrouvent plus souvent aux programmes des conservatoires et des concours que sur scène. Les Incantations appartiennent néanmoins à une tout autre catégorie. Écrites en 1936, elles confirment la prédilection que Jolivet avait pour la flûte, instrument tellement important dans diverses musiques exotiques qu’il appréciait énormément.

Programme détaillé du récital (Portrait V) et des Portraits III (Cours d’interprétation public le 28 avril de 14h à 17h) et IV (Entretien avec Emmanuel Pahud le 28 avril à 20h15) : 2015.04.28-29_SDM_2014-2015_programme

Billetterie récital ON LINE


Scroll to top