La

Société de Musique de La Chaux-de-Fonds a le plaisir d’accueillir le premier alto solo de la Philharmonie de Berlin, Máté Szücs, en concert avec la pianiste Nadia Belneeva le 21 janvier et en cours d’interprétation public le 22 janvier 2018.Le concert du 21 janvier (17h, Salle Faller) est diffusé en direct et coproduit par RTS – Espace 2, L’Heure Musicale.

Après le trompettiste star Reinhold Friedrich, la Société de Musique de La Chaux-de-Fonds a le plaisir de faire entendre une autre pointure internationale de la musique classique à son publicavec Máté Szücs, premier alto solo de la Philharmonie de Berlin depuis 2011.

Ancien pensionnaire à la «Chapelle Musicale Reine Elisabeth de Belgique», dont il sort avec la plus haute récompense, le Hongrois Máté Szücs est lauréat de nombreux concours nationaux et internationaux, notamment du Premier prix du Concours international de violon et d’alto de Lüttich, du Prix international du concours d’alto Jean Françaix à Paris et du Concours internatio­nal de musique Tenuto à Bruxelles. Il a été alto solo entre autres de l’Orchestre symphonique de la Radio de Hesse à Francfort-sur-le-Main et à la Kammer­philharmonie allemande à Brême, de l’Orchestre symphonique de Bamberg et de la Staatskapelle Dresden. Enseignant, il est régulièrement invité comme professeur et donne des masterclasses un peu partout dans le monde. Il enseigne également à l’Académie de la Philharmonie de Berlin depuis 2013. Il se produit régulièrement comme soliste ou avec des musiciens.

C’est avec la pianiste bulgare Nadia Belneeva que Máté Szücs donnera un concert à la Salle Faller le 21 janvier à 17h avec au programme la Sonate pour alto et piano en fa maj. op. 11 n° 4 de Paul Hindemith (lequel s’installa en 1951  à Blonay (VD) où une fondation, magnifiquement située, porte son nom), les Fantasiestücke en la mineur op. 73 de Robert Schumann (qu’il composa en deux jours!), la Sonate pour alto et piano op. 147 de Dimitri Chostakovitch (un regard lucide sur un parcours de vie complexe se cristallise dans cette sonate) et les Danses roumaines de Bihar de Ferenc Farkas. Ce dernier, un compatriote de Szücs, était lui aussi pédagogue. En effet, Ferenc Farkas, un élève de Respighi, était pianiste, compositeur et pédagogue; on trouve parmi ses élèves, entre autres, Ligeti et Kurtág. Comme beaucoup de composi­teurs hongrois du XXème siècle, il était actif dans la recherche de musiques tradition­nelles hongroises et roumaines, ce que l’on retrouve dans l’œuvre proposée pour ce concert.

Pédagogue, répétitrice, accompagnatrice et interprète de musique de chambre particulièrement sollicitée, on retrouve Nadia Belneeva en concert avec diverses formations et lors de festivals internationaux. Elle est régulièrement invitée en tant qu’assistante à des cours d’interprétation. Actuellement, Nadia Belneeva vit à Bâle et travaille au Theater Basel et à l’Académie de Musique de Bâle.

Le concert du dimanche 21 janvier (17h, Salle Faller) est diffusé en direct et coproduit par RTS – Espace 2, L’Heure Musicale.

Nous avons la grande chance d’accueillir Máté Szücs pour un deuxième rendez-vous: le premier alto solo de la Philharmonie de Berlin donnera un cours d’interprétation public lundi 22 janvier à la HEM – Haute Ecole de Musique de Genève – site de Neuchâtel (Auditorium I) de 10h à 13h et de 14h à 17h.

Infos détaillées sur le concert ici