IL GIARDINO ARMONICO, GIOVANNI ANTONINI direction

IL GIARDINO ARMONICO, GIOVANNI ANTONINI direction
  • 4 avril 2014 , 20 h 15
  • L’Heure bleue


Heinrich Isaac  1450-1517

Josquin Desprez  1450-1521

Clément Janequin  1485-1558

Carlo Farina  1600-1639

Tarquinio Merula  1595-1665

Dario Castello  1590-1630

Giovanni Gabrieli  1555-1612

Girolamo Frescobaldi  1583-1643

Gesualdo da Venosa  1566-1613

Biagio Marini  1597-1165

Gioanpietro Del Buono  autour de 1641

Matthew Locke  env. 1630-1677

Samuel Scheidt  1587-1654

Henry Purcell  1659-1695

La « Mort de la raison » représente la victoire de l’expérience sensorielle dans l’écriture musicale. Les émotions jouent un rôle de plus en plus important, des compositeurs acceptant même d’ignorer certaines règles de la théorie musicale en faveur d’effets dramatiques. Pourtant, les pièces à écriture « sévère » – représentant l’art du contrepoint le plus complexe – et les mélodies populaires ou l’opéra, qui deviendront le divertissement par excellence, continuaient à coexister durant tout le 17e siècle.

Il existe un parallèle entre la musique et la peinture italienne de l’époque : les émotions humaines sont mises en images avec un réalisme souvent brutal, comme dans certains tableaux de Caravaggio. L’extase religieuse se rapproche parfois des sentiments érotiques, à l’image du portrait de sainte Thérèse d’Avila par Bernini.

caravage

« La Morte della ragione » présente des compositeurs célèbres, mais aussi des « oubliés » de l’histoire, des maîtres que les chercheurs de musique ancienne continuent à (re)découvrir. Quel plus bel écrin pour cette renaissance que le Théâtre à l’italienne de la Cité horlogère !


Scroll to top